, ,, .
 
      . . . .            

 | 
 

 l eleve centre de l app.par competence

         
boheme1974





: 126
: 42
Localisation : essaouira
Emploi : enseignante college
: 06/10/2007

: l eleve centre de l app.par competence    14 2007 - 6:54

Un apprentissage centr sur llve, sur ses motivations
Dans la pdagogie des comptences , les objectifs de lenseignement ne
sont ds lors plus centrs sur les matires (savoirs et savoir-faire appris
souvent de manire cloisonne), mais bien sur ce que llve devra tre
capable de raliser au terme de son apprentissage.
La logique de la formation sort du champ des disciplines et prend ce que lon
appelle aujourdhui une validit cologique, cest--dire proche des pratiques
sociales de rfrence de llve. Il sagit de dfinir ce que lapprenant aura
exporter de lcole et rinvestir dans sa vie quotidienne pour saffirmer
rellement comme un citoyen autonome et responsable.
Lapprentissage par comptences suppose que llve soit plac au coeur du
cheminement didactique et quil cherche construire ses propres
connaissances, rinvestissant alors dans la recherche de la solution des
connaissances (savoirs et savoir-faire activs) antrieures, acquises par
ailleurs.
32 M. Minder, Champs daction pdagogique - Une encyclopdie des domaines de lducation, Col. Perspectives
en ducation, De Boeck Universit - 1997, pages 466 et sv.). La mtacognition se rapporte la connaissance
quon a de ses propres processus cognitifs, de leurs produits et de tout ce qui y touche. (Flavell).
33 Le savoir est contextualis. Il se construit et se structure partir des situations particulires, et chacun construit
le sien, partir de son histoire affective, cognitive et culturelle. (in Minder,
cit ci-dessus, page 467).
34 La dcontextualisation. Le but est dlargir le champ de conscience de lapprenant et, donc, sa capacit
distinguer et rutiliser ce quil sait faire dans des contextes diffrents. Une rflexion consciente sur le
cheminement (des) penses, dans leur rapport avec (les) actions, permet den prendre conscience. (in Minder,
cit ci-dessus, page 467).
35 J.-L. Dumortier, Formation des enseignants de franais et comptences de communication, Service de
didactique des langues et littratures romanes, Bulletin n 10 du CIFEN, Ulg - juin 2001 - p. 15.
Fondements dune didactique des comptences
10
La psychologie cognitive conoit lacquisition des comptences comme une
structuration dynamique ralise par lindividu lui-mme, au centre de son
propre apprentissage. Les connaissances de llve sont donc toujours
dpendantes du contexte par lequel il largit le champ de ses expriences
cognitives.
Les tendances didactiques rejoignent ce propos les efforts pour une
dmocratisation des tudes. Cette dernire implique en effet galement un
recentrage de lcole sur les lves dont les capacits dapprentissage sont
trs diffrentes. Le rapport de lO.C.D.E. de 1996
36 souhaitait dj que les
classes comportent des lves de niveaux diffrents et que lenseignement
dispens soit polyvalent.
Pour jeter les bases dune pdagogie des comptences, il serait imprieux de
donner llve lencadrement dont il aura besoin et les stratgies qui lui
permettront daugmenter ses acquis. Il faudra donc quand la situation lexigera,
favoriser la pratique de groupes de niveaux et tantt la pratique dun travail par
groupe htrogne
37 pour autant que le climat de la classe lexige, chacun
ayant alors la possibilit dvoluer son propre rythme.
Le recours aux stratgies pdagogiques diffrencies ne doit pas faire oublier
qu ce moment, comme le rappelait dj le rapport de lO.C.D.E., le rle et la
fonction de lenseignant doivent tre envisags autrement : (il) ne (peut)
continuer tre la personne qui transmet les connaissances et aide les lves
acqurir le diplme de leur vie. Le matre doit plutt devenir un guide attentif
qui stimule la curiosit, la persvrance, la flexibilit et ladaptabilit quil faut
aux lves pour progresser dans leurs diffrents parcours scolaires, aller
jusquau bout des cursus et continuer apprendre tout au long de lexistence.
Par ailleurs, le rapport insiste galement sur le fait quil ne suffit pas de
planifier minutieusement la leon, dexpliquer clairement aux lves ce quils
sont censs apprendre, de transmettre un savoir dune faon intressante et
dinvestir totalement les lves dans leur apprentissage. Confront des
niveaux trs variables, lenseignant doit soigneusement diffrencier sa
pdagogie en fonction des besoins des diffrents groupes dlves de sorte
que les plus dous
38 ne finissent pas par sennuyer et se dsintresser de la
classe, et que les moins dous ne soient drouts et abandonns en cours de
(formation).
La rforme du 1er degr -
pour autant que les moyens humains et
infrastructurels lui aient t donns
- rejoint particulirement le principe de la
pdagogie de la matrise en ce quelle permet llve de suivre jusquau bout
un programme de formation dtermin en respectant son rythme
dapprentissage. Labsence dune certification en fin de 1re anne largit le
champ dinvestigation de chaque apprenant, pour autant quil soit plac dans
36 Rapport sur lactivit de lO.C.D.E., Combattre lchec scolaire - novembre 1996.
37 Comme lont trs bien montr G. Bastin et A. Roosen (Lcole malade de lchec, De Boeck 1990), la pratique
de lhtrognit des classes comme celle des groupes de niveaux ont des adeptes et aucune solution ne semble
satisfaisante, la courbe de Gauss ayant tendance se rpter dans les deux styles pdagogiques.
38 Loutil informatique permettra souvent, sil est utilis bon escient, de favoriser un apprentissage diffrenci.
Les logiciels construits sur une interactivit avec lapprenant prennent en compte le rythme de travail et les
aptitudes individuelles, en temps rel et de manire constante, contrairement certaines formes dapprentissage
collectif o quelques-uns seulement sont sollicits, et souvent parmi les plus dous (quon songe
particulirement toutes les sances dexercisation fastidieuses o peu dlves travaillent la fois de faon
constante et leur niveau, tout en bnficiant dune correction immdiate).
Fondements dune didactique des comptences
11
des conditions optimales dapprentissage : valuation diagnostique, formative,
prcision des objectifs, curriculum fix rigoureusement par objectifs
oprationnels.
Aussi, la manire dont un lve se peroit face des activits denseignement
et dapprentissage influence-t-elle son choix de sengager cognitivement dans
celles-ci et de persvrer jusqu ce quil aboutisse au niveau de performance
quil dsire atteindre.
La perception que llve a de la valeur dune activit denseignement ou
dapprentissage, sa perception de sa comptence la russir, et sa perception
du contrle quil peut exercer sur son droulement, sont des perceptions qui
sinfluencent mutuellement et sont dterminantes pour la russite de laction
pdagogique.
39
Ainsi, la pdagogie des centres dintrt et par projet permet de rencontrer les
proccupations de llve et de les placer au centre de son propre
apprentissage.
En effet, ces dmarches assurent une coordination entre les comptences
cognitives acqurir et les comportements affectifs en plaant les lves dans
une situation authentique de vie et dexprience, laquelle constitue un vritable

problme motivant la recherche, la rflexion, lapprentissage
    
 
l eleve centre de l app.par competence
          
1 1
 
-
»  PPT+doc prof+doc eleve

:
 ::   ::  ߡ  :: -